Préparer un Oral

1. Préparer

Votre oral doit être préparé et répété. Un oral non organisé est un oral voué à l’échec.

Pour vous préparer, vous devez connaitre sur le bout des doigts votre sujet de restitution. Vous devez l’avoir écrit, structuré et adapté à votre temps de prise de parole.

La structure de votre oral sera similaire aux structures que vous connaissez déjà. Vous devrez:

Afin de captiver votre auditoire vous devez avoir réalisé des supports visuels qui vous permettront:

Ces supports visuels vous serviront aussi. Ils vous permettront:

Votre support visuel doit s’adapter à votre prise de parole et à votre auditoire. Un diaporama, réalisé avec les outils de votre choix, sera toujours un bon support. Du simple PDF projeté à l’éventail d’objets interactifs proposés par une multitude de logiciels, avec un peu de HTML et de CSS si le cœur vous en dit, vous devez choisir l’outil qui vous conviendra le plus. Peu importe votre choix tant que vous êtes à l’aise avec et que vous le maîtrisez.

La maitrise, c’est aussi avoir les fichiers qui s’adaptent à l’espace de votre oral. Soyez alerte sur les outils qui seront à votre disposition.

Votre support doit être lisible et ne doit surtout pas noyer vos interlocuteurs sous une vague d’informations. Il doit être interactif et les différents éléments qui le constituent ne doivent pas s’étaler dans la durée. Faites bouger les choses, amener des images, des gifs et/ou des vidéos si nécessaire, réaliser plusieurs diapositives, pour ne pas lasser votre auditoire.

Un diaporama doit être lisible. N’utilisez aucune typographie expérimentale, utilisez des corps compréhensibles avec un jeu de deux ou trois graisses maximum. Votre support visuel doit être structuré graphiquement, comme la mise en page d’un livre, d’un magasine ou même d’un site web. Vous pouvez donner un ton à votre démarche et construire graphiquement un diaporama, mais ne laissez pas votre auditoire être distrait par la forme quand vous transmettez le fond.

2. L'oral

Vous devez connaitre vos premiers mots par coeur. Ils sont d’une importance capitale. Introduire votre sujet est essentiel, si vous le faites de manière maladroite, vous allez perdre votre auditoire dès le début.

Il n’y a pas de sujets ennuyeux, il n’y a que des orateurs ennuyeux. Soyez dynamiques et prenez votre temps. Maîtrisez le vocabulaire spécifique à votre sujet et n’hésitez pas à user de silences et de pauses pour vous faire comprendre. Les échanges peuvent vous permettre de captiver à nouveau votre auditoire, ils génèrent de l’interaction et réveillent les plus endormis d’entre nous.

Adaptez-vous ! Vous avez perdu le fils, continuez, vous reviendrez plus tard sur un point. Faites comme-ci tout avait été prévu. Vous avez fait une erreur dans vos propos ? Rattrapez vous, assumez votre erreur, corrigez la et passez à autre chose.

Attention aux mots et aux gestes parasites. Les tics de langage ont tendance à s’accentuer lors d’une prise de parole en public, soyez alerte. Des gestes étranges et saugrenus peuvent apparaitre, respirez un bon coup, arrêter de vous torturer, tout va bien se passer.